Surveillance

Niveaux de services de veille des médias

Pour assurer une veille et analyse des médias, qu’elle soit locale ou même internationale, Influence vous propose trois niveaux de service :

Service de base

Le service de base prévoit la recherche et le tri par mots-clés simples. Ce service automatisé comprend l’envoi d’un rapport électronique (par courriel) par jour.

Service avancé

Notre service avancé propose des paliers de tri multiples, l’assistance de nos services d’analystes média ainsi que de multiples rapports quotidiens.

Service 911

Notre service 911 prévoit la surveillance et la recherche active ininterrompues dans les médias conventionnels et les réseaux de médias sociaux par nos analystes principaux. Le niveau de service 911 répond aux besoins particuliers :

  • d’entreprises privées ou de sociétés publiques à l’affût de fuites d’information ou d’infractions aux protocoles de dissémination d’information (par ex. : en anticipation d’annonces publiques importantes telles les octrois de contrats d’approvisionnement, les marchés des premiers appels publics, les résultats financiers, les suppressions de poste, etc.);
  • d’institutions gouvernementales soucieuses de coulage d’information entourant, par exemple, les budgets, de nouvelles réglementations ou l’annulation de programmes de subventions;
  • de compagnies privées, de syndicats ou d’institutions publiques aux prises avec des situations de crise nécessitant une surveillance constante des médias.

Revue de presse

  • Pour une 14e année consécutive, Influence Communication publie son bilan annuel de l’actualité. État de la nouvelle : Bilan 2018© analyse le travail des médias, identifie des tendances, et dresse des palmarès à partir de toutes les nouvelles qui ont été publiées ou diffusées au Québec entre le 1er janvier et le 10 décembre 2018. 

  • Il y a des modes dans les médias. C’est le jeu du balancier. À l’instar des variations boursières, il y a des thèmes en information qui sont des valeurs haussières et d’autres baissières. Les fluctuations semblent justifiées par les saveurs du jour, les impératifs financiers et les stratégies d’affaires des groupes médiatiques.

  • Il s'agit de l'argent qu'on a dans nos poches ou qu’on n’a pas dans nos poches lorsqu'on parle d'impôt ou de régime de retraite. Les galanteries culinaires des Ricardo de ce monde occupent près 30% plus de place de tout ce qu'on fait en économie au Québec en termes de poids médias. La cuisine intéresse plus le monde que l'économie.

Abonnement

Pour recevoir nos communiqués de presse.

Suivre Influence

Suivez Influence sur Twitter