Malaise journalistique

11 septembre 2012

Un rapport du coroner vient d’attaquer le travail des médias et l’impact qu’ils auraient eu sur un désespéré qui a tué deux de ses enfants avant de s’enlever la vie. 

Le coroner argumente que le triste événement s’est déroulé pendant une période durant laquelle les détails de l’affaire Turcotte ont été fortement médiatisés, ce qui a pu être un élément déclencheur.  Brian Myles, président de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec, était à RDI ce matin et il accordait une entrevue à Anne-Marie Dussault pour défendre le travail des journalistes.

Question : Monsieur Myles, en tant que représentant d’une association de journalistes, et par surcroît lui-même journaliste judiciaire, est-il bien placé pour évaluer de façon neutre la responsabilité des médias dans ce genre de dossier ? 

Suis-je le seul à avoir un malaise ?

Soulignons qu’il existe une différence notoire entre le travail des journalistes et l’intérêt des groupes médiatiques. On n’a qu’à penser à la médiatisation disproportionnée du lock-out du Journal de Montréal et de la fermeture de la salle de nouvelles de TQS pour s’en convaincre. 

Voici par ailleurs quelques données qui démontrent l’intérêt des médias québécois pour les faits divers et les affaires judiciaires.

En 2011, les faits divers et affaires judiciaires a été le thème le plus médiatisé au Québec.  Le même thème a occupé le 4e rang au Canada et le 6e dans le monde pour la même période.

En moyenne, l’an dernier, nos médias ont accordé 38 % plus d’attention aux faits divers et affaires judiciaires que la presse du reste du Canada, et 53 % de plus que la moyenne internationale.

Les Québécois ont-ils un appétit particulier pour les nouvelles sordides ? Ou seulement nos médias ?

 

Jean-François Dumas

Communiqués de presse

  • La violente tempête de neige qui a traversé la province la semaine dernière a largement attiré l’attention des médias, surtout à cause de certains incidents inattendus. En effet, 300 voitures sont restées immobilisées pendant de longues heures sur l’autoroute 13, à Montréal. Un grand branle-bas médiatique a suivi, chacun essayant d’identifier la cause de cette situation inusitée. Le gouvernement a été obligé de prendre position sur le sujet, deux officiers de la SQ ont été relevés de leurs fonctions, un camionneur a été arrêté : autant de conséquences qui ont fait en sorte de garder la nouvelle à l’avant-plan de l’actualité, et qui feront sans doute de cette tempête un événement historique.

  • Il y a unanimité cette semaine entre nos deux tops 5 : la Journée internationale de la femme est la nouvelle la plus importante tant au Québec qu’au Canada. Elle obtient un poids médias respectif de 5,29 % et de 2,34 %. Dans les deux cas, la Journée internationale de la femme a occupé plus de deux fois plus d’espace qu’en 2016, alors qu’elle cumulait 2,26 % de l’actualité au Québec et 1,04 % au Canada. Il faut dire qu’à pareille date l’an dernier, Justin Trudeau participait à un très médiatisé souper d’État à la Maison-Blanche, chose qui a fait passer la cause des femmes au second plan.

  • Comme chaque année, la date limite des transactions dans la LNH a fait l’objet d’une couverture soutenue partout au pays et termine en haut du palmarès au Canada avec un poids médias de 3,28 %. Au Québec, les nombreux échanges effectués par Marc Bergevin dans le courant de la semaine dernière permettent à la nouvelle d’atteindre 5,48 % et de se hisser en 1re position.

Abonnement

Pour recevoir nos communiqués de presse.

Suivre Influence

Suivez Influence sur Twitter