Malaise journalistique

11 septembre 2012

Un rapport du coroner vient d’attaquer le travail des médias et l’impact qu’ils auraient eu sur un désespéré qui a tué deux de ses enfants avant de s’enlever la vie. 

Le coroner argumente que le triste événement s’est déroulé pendant une période durant laquelle les détails de l’affaire Turcotte ont été fortement médiatisés, ce qui a pu être un élément déclencheur.  Brian Myles, président de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec, était à RDI ce matin et il accordait une entrevue à Anne-Marie Dussault pour défendre le travail des journalistes.

Question : Monsieur Myles, en tant que représentant d’une association de journalistes, et par surcroît lui-même journaliste judiciaire, est-il bien placé pour évaluer de façon neutre la responsabilité des médias dans ce genre de dossier ? 

Suis-je le seul à avoir un malaise ?

Soulignons qu’il existe une différence notoire entre le travail des journalistes et l’intérêt des groupes médiatiques. On n’a qu’à penser à la médiatisation disproportionnée du lock-out du Journal de Montréal et de la fermeture de la salle de nouvelles de TQS pour s’en convaincre. 

Voici par ailleurs quelques données qui démontrent l’intérêt des médias québécois pour les faits divers et les affaires judiciaires.

En 2011, les faits divers et affaires judiciaires a été le thème le plus médiatisé au Québec.  Le même thème a occupé le 4e rang au Canada et le 6e dans le monde pour la même période.

En moyenne, l’an dernier, nos médias ont accordé 38 % plus d’attention aux faits divers et affaires judiciaires que la presse du reste du Canada, et 53 % de plus que la moyenne internationale.

Les Québécois ont-ils un appétit particulier pour les nouvelles sordides ? Ou seulement nos médias ?

 

Jean-François Dumas

Communiqués de presse

  • Au Québec, l’élection présidentielle française termine au premier rang du Top 5 avec un poids médias de 3,13 %. Outre les résultats et la couverture accordée aux candidats, à la montée du populisme et aux inquiétudes qui y sont associées, c’est surtout la longue attente aux bureaux de scrutins, vécue samedi dernier par les ressortissants français installés ici, qui a fait jaser.

  • La saison des séries éliminatoires bat son plein. Les deux premières positions de notre top 5 au Canada sont en effet occupées par les séries Maple Leafs-Capitals et Oilers-Sharks. Si les séries Sénateurs-Bruins et Flames-Ducks ne percent pas notre décompte, elles ne sont pas très loin derrière puisqu’elles se logent en 6e et 7e position au Canada.

  • Influence Communication a colligé 120 prédictions de journalistes, chroniqueurs et commentateurs au Canada anglais et aux États-Unis. Ces observateurs travaillent pour des journaux, des stations de radio et de télévision ainsi que pour des sites web spécialisés.

Abonnement

Pour recevoir nos communiqués de presse.

Suivre Influence

Suivez Influence sur Twitter