L'utilisation abondante des communiqués de presse dans la fonction publique

Pour diffusion immédiate

L'utilisation abondante des communiqués de presse dans la fonction publique

Une remise en question s’impose

 

Montréal, le 25 janvier 2011 – Suite à un mandat du Journal de Québec, Influence Communication a effectué une analyse de l’utilisation des communiqués de presse dans la fonction publique fédérale et provinciale et diffusés au Québec. L’étude s’est penchée uniquement sur les communiqués des ministères sans considération pour les agences gouvernementales et les sociétés d’État. La période analysée s'étend du 1er novembre 2009 au 31 octobre 2010.

Le mandat comportait 4 éléments principaux :

   1. Dresser l’inventaire précis du nombre de communiqués publiés au Québec par les différents paliers gouvernementaux
   2. Analyser la lisibilité de chacun des communiqués grâce à notre outil Scolarius
   3. Analyser le poids médias moyen des communiqués de presse gouvernementaux
   4. Analyser la valeur moyenne (valeur publicitaire) des retombées accordées à un communiqué de presse gouvernemental

Principales observations

  • Les deux paliers gouvernementaux inondent les médias de communiqués de presse.
  • Les communiqués de presse analysés ne suscitent que peu d’intérêt dans les médias.
  • Les communiqués de presse analysés sont moins lisibles que la moyenne des textes de même nature et même que les articles qui les rapportent.

Voici les faits saillants de notre analyse :

1. L’inventaire des communiqués

Les ministères provinciaux et fédéraux ont publié un total de 6 994 communiqués de presse, c’est-à-dire une moyenne de 134,5 communiqués par semaine. Les ministères fédéraux ont généré 60 % du volume gouvernemental de communiqués.

2. L’analyse Scolarius

L’outil Scolarius analyse le niveau de difficulté d’un texte en fonction de la longueur des mots, des phrases et des paragraphes. Il s’agit d’un outil qui permet à l’utilisateur de savoir si le niveau de difficulté de son texte correspond au niveau de compréhension de la clientèle visée. Scolarius a été développé par Influence Communication.

Seuls les communiqués de presse ont été retenus. Les avis aux médias, les rapports financiers, les fiches d'information et les déclarations ou autres textes tenants de la transcription ont été écartés. Les communiqués de presse comportant moins de 100 mots n’ont pas été retenus. Les tableaux de données contenus dans certains communiqués ont été effacés de façon à ce qu'ils n’influencent pas les résultats.

Pour élaborer Scolarius, Influence Communication s’est inspirée de quatre outils de mesure de lisibilité utilisés depuis plusieurs années dans le domaine de la communication.

    * The Flesh Formula ou Readibility Score, Rudolf Flesch (1951)
    * The Gunning Formula ou Fog Index, Robert Gunning (1952)
    * The Fry Formula ou Readibility Scores, Edward B. Fry (1968)
    * The Easy Listening Formula (ELF), Irving Fang (1966)

Le résultat Scolarius moyen d’un communiqué de presse gouvernemental est de 176 (universitaire). À l’inverse, le résultat Scolarius moyen d’un communiqué de presse du secteur privé est de 160 (universitaire). Or, le résultat Scolarius moyen d’un texte d’un article traitant d’une nouvelle de 130 (collégial). La moyenne Scolarius des communiqués provinciaux est de 165 alors qu’au gouvernement fédéral elle est plutôt de 184.

Du 1er nov. 2009 au 31 oct. 2010
Rang Ministères féréraux Nombre de communiqués Moyenne Scolarius
1
263
186
2
119
198
3
16
201
4
280
184
5
179
186
6
131
178
7
174
180
8
108
193
9
58
197
10
153
186
11
482
182
12
232
191
13
82
214
14
149
191
15
46
150
16
453
166
17
92
173
18
546
178
19
119
202
20
57
166
21
69
184
22
29
184
23
160
186
24
177
161
25
46
195
 
 
4220
184

 

Du 1er nov. 2009 au 31 oct. 2010
Rang Ministères provinciaux Nombre de communiqués Moyenne Scolarius
1
7
199
2
175
153
3
111
180
4
39
161
5
235
181
6
62
187
7
221
154
8
321
162
9
54
163
10
104
175
11
59
164
12
38
180
13
23
128
14
43
178
15
337
161
16
25
149
17
156
146
18
22
157
19
151
194
20
578
160
21
13
142
 
 
2774
165

(Des statistiques supplémentaires sont disponibles au sujet des communiqués les plus faciles et les plus difficiles à lire)

3. Le poids médias moyen des communiqués de presse gouvernementaux

Le poids médias de l’ensemble des communiqués de presse gouvernementaux au Québec pendant une semaine représente l’équivalent de l’attention accordée à 28 minutes dans une partie du Canadien de Montréal.

Le poids médias moyen d’un communiqué de presse gouvernemental est de 0,02 % (2 centièmes de 1 %).

C’est :

  • 60 fois moins que la météo
  • 182 fois moins que la cuisine
  • 508 fois moins que la politique provinciale
  • 617 fois moins que les faits divers et affaires judiciaires
  • 974 fois moins que le sport
Intérêt des types de médias pour les communiqués de presse gouvernementaux
Radio 48 %
Journaux et hebdos 42 %
Télévision 10 %

 

4. L’analyse de la valeur moyenne (valeur publicitaire) des retombées

La valeur moyenne de la couverture médiatique accordée à un communiqué de presse gouvernemental au Québec est de 274,43 $ seulement.

Résultat Scolarius du présent communiqué de presse, sans les tableaux : 140 (collégial)



-30-

À propos d'Influence Communication

Influence est le plus important courtier en nouvelles au Canada. Fondée en 2001, l’entreprise ayant son siège social à Montréal assure un service de veille et d'analyse médias pour la plupart des plus grandes entreprises canadiennes. Grâce à sa plate-forme ICE (Interactive Communication Environment) et à son réseau de partenaires répartis à travers le Canada et dans 160 pays, Influence offre la surveillance, l'agrégation et l'analyse exhaustives des journaux, de la radio, de la télévision et de plus de 7 000 sites Internet d'information. Chaque jour, Influence Communication collige plus de 700 000 nouvelles à travers le monde.

Source :
Jean-François Dumas
Président
Influence Communication

Revue de presse

  • "C'est une particularité au Québec, où tout le monde parle de la même chose dans le même angle", dit-il. La question n'est pas d'être pour ou contre le report des dates de l'halloween: c'est que tout à coup, il n'y a rien d'autre dans l'actualité. Hier après-midi, c'était même le sujet numéro 1 dans l'actualité au Québec.

  • Au Québec comme au Canada, cette campagne est une de celles ayant suscité le moins d'intérêt. Mais ce fut le contraire à l'étranger. M. Dumas rappelle que le canada dans le monde reçoit traditionnellement une "couverture bonbon". Or le moment de la campagne qui a suscité le plus de couverture à l'étranger est l'affaire du "Blackface". Piètre communicateur, le chef conservateur Andrew Scheer n'a pas su en tirer parti.

  • Il existe plus de 140 journées thématiques reconnues par l’Organisation des Nations-Unis, en plus d'une panoplie de journées et de semaines thématiques nationales, provinciales, et locales. Il souligne que des événements comme la Grande Guignolée des médias, organisée au Québec pour amasser des denrées alimentaires pour les plus démunis, concentrent l'attention du public durant une très courte période de temps. "L'impact négatif de ça, c'est que 72 % [de la couverture] de la pauvreté dans les médias pendant toute l'année, ça dure une journée [...] Donc, ce qui se passe, c'est que le reste de l'année, on n'en parle à peu près pas, comme si on avait réglé le problème de la pauvreté". Les campagnes publicitaires sur les médias sociaux gagnent en popularité et permettent aux organisations de rejoindre le public en contournant les médias traditionnels. Cette participation en ligne ne se traduit par contre pas toujours par davantage de revenus pour les organisations, affirme Jean-François Dumas, président d’Influence Communication 

Abonnement

Pour recevoir nos communiqués de presse.

Suivre Influence

Suivez Influence sur Twitter